Guimbardes

Ateliers, cours, animations

Atelier collectif de guimbarde

Guimbarde - techniques avancées

Samedi 24 mars 2018 - 16h30 à 18h

Atelier avancé.

Il est préférable d'avoir participer à un atelier d'initiation, ou d'avoir une pratique personnelle de la guimbarde.

Exploration de techniques avancées selon les attentes des participants : résonnance et harmoniques, rythmes de frappe, effets, modulation du volume, création de rythmes avec les consonnes.

Approche des techniques traditionnelles

Prêt d'instruments pour la durée de l'atelier.

Infos pratiques

Espace Energie en Marche, 27 rue de Vignier (place Marulaz) à Besançon (25)
Tarif : 15 €
Prêt d'instrument pour la durée de l'atelier
Vente de guimbardes du monde
Participez aussi à un atelier de khöömii et obtenez une remise de 5€

Je veux m'inscrire !

Instrument populaire, quasi universel, la guimbarde a souvent été reléguée en Europe au rôle de jouet ou d’accessoire de bruitage. Les musiques traditionnelles populaires, toujours vivantes, ont su en exploiter les possibilités mélodiques, parfois jusqu'à élever ce petit instrument au rang de symbole national.

affiche magtaal
"Guimbarde : instrument non musical, dont on joue en le saisissant fébrilement avec les dents et en tentant de l'écarter avec le doigt" - Ambrose Bierce, "Le Dictionnaire du Diable"

Guimbardes, mélodies de souffle
et de parole

Atelier collectif guimbarde

Cet atelier permettra de découvrir quelques instruments emblématiques du monde des guimbardes : des instruments de factures variées, originaires d’Asie pour la plupart : guimbardes métalliques, en bambou, avec ou sans ficelle de traction. Les techniques de jeu spécifiques qui y sont associées sont étudiées : prise en main, émission et modulation du son, création d’un rythme et d’une mélodie, effets. Prêt d’instruments possible.
Pour un groupe de 5 à 12 personnes

Organiser un atelier

Cours individuel Guimbardes

Les cours individuels permettront aux joueurs maîtrisant les techniques de base d’explorer un répertoire, ou de développer les sonorités propres à un type de guimbarde précis. Ils permettront aussi l’apprentissage des techniques avancée de frappe de la languette et de blocage. Prêt d’instruments possible.

Cours en ligne de guimbarde

S’initier, débuter, apprendre des mélodies, découvrir les différentes guimbardes.

Cours vidéo possible par Skype, Facebook ou Facetime.
Nécessite webcam et micro

Réserver un cours

Les guimbardes

On parle de la guimbarde, mais il s'agit en fait DES guimbardes.
L'instrument est recensé dans plus de 30 pays, prends autant de formes différentes, et peux être désignée par un millier de noms, qui précisent parfois le matériau duquel il est tiré (fer et acier, bien sur, mais aussi cuivre, laiton, bambou, bois, os, bois d'animaux).

En Europe, la guimbarde ressemble souvent à cette drymba Ukrainienne : cadre arrondi, branches autour de l'embouchure plutôt courtes.

Plus au Nord, les branches s'allongent, le cercle du cadre se resserre, et la forme des instruments Norvégien ou Finlandais est plus proche de ceux de Sibérie ou de l' Altaï russe, comme ce khomus.

L'Asie du sud-est offre une immense variété d'instruments, et bien évidemment, le bambou est le matériau de prédilection, avec ou sans ficelle de traction, comme ce kubing des Philippines.

On peut différencier et classer les guimbardes selon différents critères, mais le plus pertinent semble être celui de la facture, c'est à dire la fabrication de l'instrument. En effet, ce critère est déterminant, plus que le matériau en lui même, de la façon dont la guimbarde est jouée, même s'il existe des exceptions...

instrument hétéroglotte : le cadre et la languette sont deux pièces différentes, et cette dernière est fixée sur le cadre.

instrument idioglotte : le cadre et la languette sont découpés dans la même pièce de matière.

Ecouter un morceau de guimbarde

Retrouvez plus de musique en écoutant Magtaal sur Soundcloud.

Fonctionnement

Le principe est celui de l'anche libre : c'est à dire une languette tenue à sa base et vibrant librement à l'autre extrémité. En passant dans l'espace très mince entre la languette et le cadre, l'air est comprimé et accéléré, et le son est produit.
A la base, une seule note est émise, correspondant à la fréquence de vibration de la languette. La bouche se pose évidemment à l'embouchure, enserrant plus ou moins hermétiquement le cadre.
Les variations du volume de la bouche et de la gorge, les mouvements de la langue, jouent le rôle de filtres, et permettent de sélectionner certaines harmoniques, et de les amplifier. Elles se superposent alors au bourdon de la languette, mais permettent de créer des mélodies.
Vous trouverez plus de précisions à ce sujet en téléchargeant le livret PDF "Guimbardes- premiers contacts" Télécharger

Origines de la guimbarde

Avec l'aimable autorisation de Michael Wright, je vous propose une traduction de son article "The Search For The Origins Of The Jew’s Harp", Silk Road newsletter, Spring 2005.

Version Originale sur le Site Web Silk Road

Choisir une guimbarde

Pour choisir son instrument de la meilleure façon qui soit, il faut le voir et l'essayer. L'achat par correspondance n'est donc pas la panacée, mais c'est néanmoins souvent la seule solution pour acquérir des guimbardes peu courantes. Les critères qui suivent ne sont pas absolus, et parfois, la rareté ou l'origine d'un instrument peut justifier son acquisition, même s'il ne répond pas de façon optimale aux critères suivants. Enfin, c'est mon avis...

Quelques conseils généraux.

  • L’espace entre le cadre et la languette doit être minimal et régulier (bords du cadre bien parallèles à ceux de la languette)
  • Vérifiez que la languette ne touche pas le cadre lorsqu'elle vibre. Ceci peut être fait en tenant l'instrument dans sa main, sans utiliser sa bouche. Veillez à actionner la languette selon le bon axe, ou votre jugement sera faussé :-)
  • Et bien sur, si vous le pouvez, essayez l' instrument, en faisant tout ce vous êtes capables de faire !
  • Laissez sonner la guimbarde JUSQU'AU BOUT, sans intervenir sur le son. Ecoutez la durée du son produit, et sa façon de s'achever. Un bon instrument sera stable jusqu'à la fin. Dans le cas contraire, on entendra l'intensité du son "tomber", et comme une dissonance. C'est souvent le cas quand la languette n'est pas exactement dans le plan du cadre.
  • Le fabricant conditionne aussi la qualité de l'instrument, même s'il est évident que différentes qualités sortent d'un même atelier. Concernant, les guimbardes "industrielles", la qualité est généralement stable, mais reste dans le bas de la gamme. Un fabricant "renommé" possède généralement son style, qui donne leur couleur musicale aux instruments et on peut globalement être sur de la qualité.
    Mais rien ne remplace un choix de visu, car là aussi, la qualité varie forcément, et on peut avoir la chance de croiser un instrument particulièrement efficace, ou au sonorités séduisantes.

    Guimbardes en laiton

    Les guimbardes idioglottes en laiton constituent une catégorie un peu a part. La découpe de la languette doit être régulière, et il faut aussi veiller à ce qu'elle ne soit pas tordue, afin qu'elle ne touche pas le cadre lors de la mise en vibration. Malheureusement, il semble que l'engouement récent pour ce type de guimbarde en occident accentue une baisse de la qualité des instruments. La qualité sonore reste en général tout à fait acceptable. Soyez attentifs à la zone amincie qui permet la vibration : elle doit être homogène, et ne pas présenter de zone exagérément mince, qui créerait un point de rupture possible Malgré tout, un instrument qui n'est pas "parfait" peut être séduisant par son timbre ou ses spécificités. L'avantage des guimbardes non industrielles, c'est aussi leur singularités.

    Guimbardes métalliques

  • L' extrémité de la languette (embouchure ) doit être bien dans l'axe du cadre. Une légère déviation de la languette ne fait pas d'une guimbarde un mauvais instrument. Mais le son sera optimal si les bords de la languette sont bien alignés avec les bords du cadre.
  • Le point d'attache de la languette doit lui aussi être observé : celle ci doit être solidement fixée.
  • La rouille et la corrosion sont bien bien sur à éviter, mais rien de fatal cependant. Un peu de toile émeri vous permettra de l'ôter, en faisant attention à ne pas tordre la languette. J'utilise de l'huile d'olive pour graisser mes instruments de temps en temps.
  • Guimbardes en bambou

  • Il ne doit pas rester de fibres de bambou, entre le cadre et la languette. Elles provoqueraient un bzzz bzzz très désagréable (à mon goût). Ceci est valable pour l'embouchure comme pour le reste de la languette. Cependant, s'il s'agit simplement de fibres gênantes, et que le reste de la guimbarde est correcte, il est très facile de les enlever pour obtenir un son net, à l'aide d'un cutter ou de papier de verre fin, selon leur taille.
  • Attention si vous intervenez sur la partie embouchure : veillez à ce les fibres que vous enlevez n'agrandissent pas l'espace cadre/languette. Au delà de 2 mm d'écart, le son devient vraiment trop faible...
  • Essayez la guimbarde "à vide", sans faire intervenir votre bouche. Cela vous donnera une idée de son volume et de son soutient (sustain en anglais, qui correspond à la durée du son produit...).
  • Ce conseil n'est pas vraiment valable pour les guimbardes métalliques, car la résonance ne se fera pas sans appui sur les dents... Le son paraîtra toujours sec, et sera de courte durée.

    Haut De Page