Qui suis-je ?shapeimage_2_link_0
Accueil du site../../../../Accueil.htmlshapeimage_3_link_0
le BLOG../../../le_Blog_guimbarde_%26_Co.htmlshapeimage_4_link_0
 
 

Flutes tsuur de Mongolie, fabriquées par E. Bataarjav.

Forme courante à gauche, à trois trous, et une flute longue à quatre trous, peut être plus proche de certains instruments anciens.

Un peu de musique de tsuur «tsuuriin hogjim»



improvisation par Sam C=’, sur le thème de Eveen gol urlag - le flot de la riv!ère Eveen
Tsuur de Baatarjav - Mongolie

A suivre, plus de tsuur...


    Dans les prochains billets, des nouvelles de mes explorations de la  tsuur : apprentissage, fabrication, et aventures dans les gammes très typées des cousines khazaks, touvas, et bashkirs...

En Mongolie, ce type de flute est surtout jouée dans l’ouest, par l’ethnie Uriankhai (les Khazakh eux aussi jouent une flute de ce type, accordée différement). Les joueurs sont assez rares, mais une association à Ulaanbaatar ainsi que des chercheurs Mongols et Européens agissent activement pour perpétuer cette tradition.


    Dans le jeu de la flute tsuur mongole, le joueur ajoute un bourdon vocal fixe, avec un timbre proche du chant diphonique höömii. La voix est cependant beaucoup moins contractée que dans le chant de gorge.

Le répertoire traditionnel, constitué d’une douzaine de mélodies répertoriées, évoque la campagne mongole, la vie pastorale, les éléments naturels : montagnes de l’Altai, allure du cheval ambleur ou du chameau, et le bruit envoutant de la rivière Eveen, supposée être à l’origine de la musique de la tsuur et du höömii.